Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour fuir toute cette mélancolie

Publié le par delps

Pour fuir toute cette mélancolie

Nuit enneigée

Jour blanc

La rivière continue à couler

Le long de la voie de chemin de fer

L’orage n’a pas tout détruit

Et les arbres sont debout

Ils poussent

La montagne à pic

Descend de son alpage solitaire

Elle a soif

Soif de vivre, de rejoindre la rivière plus bas

En dessous du monde

L’oiseau noir et rouge

A disparu depuis longtemps

Mais on entend encore son chant

Il virevolte

Dans la mémoire du monde

Son esprit règne sur les villages

La petite gravure que j’avais dans la poche

Me rappelle sa douce présence

Il a disparu mais il reviendra

Peut-être au printemps ?

Le blanc manteau du monde

Attend sagement

Et moi je marche

J’inscris mes pas dans l’immaculé

Je voyage

Partager cet article

Repost0

On se battra avec de la poésie

Publié le par delps

On se battra avec de la poésie

Les fleurs fleurissent en hiver

La pluie a remplacé la neige

Et le cœur est parfois aux abonnés absents

Avec des mots, avec des fleurs,

Ce seront nos seules armes, nous construiront massivement

Le champ des possibles

Après c’est juste une aventure humaine

Car la mort et la peur

Ne sont pas des options

Nous serons plus forts

Nous avons nos faiblesses

Nous changerons ce qu’il y à changer

Et l’adversité se couchera tôt

Le monde est à réinventer.

Partager cet article

Repost0

L’attente

Publié le par delps

L’attente

J’étais dans une salle d’attente

Quand soudain apparu

Le père noël

Il avait oublié certains enfants

Qui étaient là à attendre le médecin

Mais il n’avait pas de cadeaux

Il se mit à chanter et d’un coup il plut

Une pluie fine et glaçante

Dans la salle d’attente

Qui n’avait pas de toit

Il repartit avec son traineau

Et les enfants pleuraient

Les médecins tentèrent de les calmer avec des médicaments

Mais rien n’y faisait

Un médecin fabriqua des petites poupées de tissu

Empaquetées dans des bandelettes

Les enfants calmés repartir ravis

Seuls restaient là les autres patients

Ils attendirent des mois et des années

Et finir par se faner comme des fleurs

On entend derrière les murs

Leurs plaintes

Les soirs de Noël.

Partager cet article

Repost0