Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

R# 2018

Publié le par delps

 

R#

Des bonhommes aux têtes bouquet de fleurs bleues se battent pour avoir la première place. Moi j’attends mon tour.

 

R#

Des catcheurs se battent pour avoir un enfant.

 

R#

Les aborigènes sont maintenant ancrés dans leurs familles, leur communauté. Ils ne se mélangent pas avec les autres races et sont attachés à leur culture.

 

R#

On lance quelque chose en route et ça repart. Il suffit de peu.

 

R#

A Annecy, il y a un gigantesque incendie qui détruit la ville. Les habitants se relayent pour sauver les objets. Tous les objets sont partagés entre les habitants. Je trouve des babioles chinoises. Je les mets dans un sac plastique. Je suis contente de ma trouvaille. Il y a de l’eau partout.

 

R#

Nous passons nos vacances pour la première fois dans une ville du sud de la France. Il y a des marronniers et un orchestre qui joue toute la journée. Nous sommes accueillis dans une famille très sympathique. Nous décidons que dorénavant nous y viendrons tous les ans accueillis par la famille. Je tombe un peu amoureuse du fils, mais rien ne s’est passé.

Partager cet article

Repost0

Pardon d’église

Publié le par delps

 

Dans la nature

C’est ton église

Tu marches sur les chemins

Rocailleux, herbeux,

Et dire que l’autre fois

Quand on s’est vu en ville

Tu aimais me parler des fleurs

Es-tu aveugle ?

As-tu perdu la mémoire ?

Sais-tu à qui tu parles ?

J’aime la nature,

Les fleurs et les chemins rocailleux

N’oublie pas qui je suis

Et abstiens toi de parler

Si je ne te demande pas

J’aime t’entendre parler

Comme le font les oiseaux

Cette douce mélodie

Cet affreux sacrifice

Au beau soleil, au ciel bleu.

Partager cet article

Repost0

I’m so scared

Publié le par delps

 

Je suis  éblouie par le soleil de septembre

Ou d’octobre, je ne sais plus

J’ai peur d’avoir oublié le temps

Restent dans les pots de fleurs

Les cadavres des plantes

Du dernier été

Reste la lumière vacillante

Derrière les premiers nuages

Et la pluie qui ne tombe plus

Et la mer lointaine

Qui tue en silence

Et le murmure de la ville

Imperceptible

Bien caché dans la forêt

Il ne dira rien

Il a peur

Il pleure aussi quelque fois

Mais ce n’est pas de la pluie

Sur sa joue

Ce n’est pas de la pluie

Dans la mer

La sécheresse avance

Ailleurs, on annonce des orages

Il compte jusqu’à 3

Et tout a disparu

Il n’a plus peur

Il affrontera le ciel

Le soleil et la mer

Il est définitivement vivant

Partager cet article

Repost0