Parce qu’elle n’est jamais revenue

Publié le par delps

 

figuredec20141

 

Elle marche dans la rue et aperçoit au loin la silhouette d’une femme vêtue de noir. Elle s’approche. La femme en noir a disparu dans l’une des ruelles adjacentes.

Elle continue à marcher et là elle voit un homme en complet-cravate courir avec son attaché-case. Il se dirige vers elle et lui demande : « Pourquoi marchez-vous si lentement ? Moi je marche vite vous voyez, je veux gagner beaucoup beaucoup d’argent ! ».

Il s’en va sans laisser le temps à notre héroïne de répondre.

Elle continue et arrive à son lieu de rendez-vous.

Elle vient dans ce restaurant pour revoir une vieille amie avec qui elle a repris contact.

Elle s’assoit à l’une des tables et attend. Elle attend longtemps. L’amie n’arrive pas. Elle s’apprête à sortir quand la porte s’ouvre et la dame en noir de toute à l’heure rentre dans le restaurant. Elle reconnaît son amie. Elles s’assoient toutes les deux à une table et la dame en noir lui annonce trois mauvaises nouvelles : « Je sais que tu ne seras jamais libre, je sais que tu n’es pas sincère et je sais que l’on te ment ».

« Alors dit moi la vérité ! » lui demande-t-elle.

La femme en noir disparaît dans l’entrebâillement de la porte sans lui répondre.

Ainsi elle n’a plus jamais parlé à cette amie en noir et elle sait que tout ce malheur ne lui était pas destiné.

Car depuis elle apprend à marcher lentement et à ne pas écouter les oiseaux de malheur.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article