Peu avant minuit

Publié le par delps

 

C’était la nuit de la lune rose

Véridique et sauvage

Intransigeante, irrépressible

Elle se tenait bien droite

Dans l’entrebâillement de la porte

La nuit était tombée bien vite

L’arbre à thé et la cochenille

Se mariaient dans le jardin touffu

L’air était doux

C’était le printemps

Pas encore de grosses chaleurs

Juste une légère brise, bien fraîche

Alors elle ferma la porte,

Descendit dans le jardin

S’approcha du grand tilleul

Elle oublia le nom de cet arbre

Mais c’était bien un tilleul

Et non un arbre à thé

Avec cette odeur particulière

La lune rose étincelait

Puissante sur tout le jardin

Elle prit une des feuilles

De l’arbre verdoyant

La serra si fort

Qu’au creux de sa main

La feuille était devenue un petit d’arbre

Minuscule

Elle recommença avec une autre feuille

Bientôt le jardin devint une forêt

La maison disparut sous la végétation

C’était une nature opaque et rose

Comme la lune

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article