Le cimetière

Publié le par delps

Jules se promenait dans le cimetière

Voisin de sa maison de quelques mètres

Il n’avait jamais osé passer la porte

Le grand portail, entre deux colonnes

Il montait maintenant

Dans les allées désertes

Il ne voulait pas déranger les morts

Après tout, ils n’avaient rien demandé

Ils voulaient juste reposer en paix

C’était pour leur rendre hommage

Se souvenir de toutes les belles choses qu’ils avaient faites sur terre

C’était ce chemin dans ce lieu paisible

Loin du bruit de la ville

Et plus prés du chant des oiseaux

Dans le silence et le recueillement

Il s’approcha de toutes les tombes de ses ancêtres

De celles des écrivains et des chanteurs célèbres,

Des danseurs, des peintres

Et de quelques généraux d’empire,

Des présidents de la république, etc…

Fatigué d’avoir tant marché

Il s’assit sur une vieille pierre tombale

Et s’amusa de voir les gens

Tous les gens, faire la même chose que lui

La ville entière

Se déplaçait par petits groupes

La mode avait pris

Il n’était plus seul

En sortant du cimetière

Jules se sentit apaisé

Par le lieu,

Le souvenir de chaque personne enterrée

Sa belle émotion

Il la garda pour lui

Jusqu’à la fin de sa vie

Ses cendres furent dispersées

Entre deux arbres au milieu de la pelouse

A deux pas du grand portail

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article